MENKYO – ARTS MARTIAUX JAPONAIS

DÉFINITION

« Menkyo1 (Jap.) en Bu-jutsu2. « Licence, autorisation, donnée par un maître d’art martial (Shihan3, Sensei4) à un disciple, lorsqu’il considère que ce dernier a atteint un niveau de compréhension le rendant capable de transmettre l’école (Ryu5) à travers son enseignement. » (Habersetzer).

 

MATÉRIALISATION

Cette transmission officielle, légalisée, se faisait traditionnellement par l’octroi d’un document écrit (Makimono), numéroté de 1 à 5, suivant un ordre hiérarchique (…) » (Habersetzer). Ce document se présentait sous forme de rouleau où sont inscrites différentes informations concernant celui qui le recevait, comme son nom, son niveau, les techniques apprises.

 

HIÉRARCHIE

Il existe plusieurs niveaux de maîtrise et « les délais de passage de ces reconnaissances de l’un à l’autre dépendaient de chaque école (...). Cette disposition classique du temps du Bugei6, et qui subsiste encore dans quantité écoles traditionnelles du Budo7 actuel, a été quelque peu reprise dans l’attribution des titres d’enseignants, personnes appelés Kodansha8 (Renshi, Kyoshi, Hanshi) dans le système de la graduation par Dan9, intervenant en général au-delà du 5ème Dan » (Habersetzer).

En 1895, à Kyoto, fut créé l’association de Butokukai10, chargée d’inventorier et classifier les différents styles et écoles d’arts martiaux avec le crédit du gouvernement japonais. Avec la mission, pour un comité d’experts spécialement constitué d’authentifier grades et titres de maîtrise (Shihan-menjo). Cette association créa les titres, en ordre croissant de Renshi (expert), Kyoshi (maître) et Hanshi (grand maître).

 

(1) Menkyo : signifie permission, certificat. (Men vient de « Manuka », être libéré ; « Kyo » signifie, autorisé).
(2) Bu-jutsu : « technique de combat » ou « technique du guerrier ». De Bu = martial eu Jutsu = technique. Désigne l’ensemble des techniques en usage chez les guerriers de l’ancien Japon (…) ». Développées à partir des Bugei6 anciens (…).
(3) Shihan : signifie « maître-enseignant ». Titre créé par Butokukaï10 au début du XXème siècle.
(4) Senseï : : signifie « professeur ».
(5) Ryu : (Bu-jutsu2, Budo7) Ecole, style, dans la tradition des arts martiaux.
(6) Bugei : « méthode pour le combat ». De Bu = martial eu Gei = art. Désigne l’ensemble des techniques utilisées par les guerriers (Bushi) dès le Haut Moyen Âge japonais, strictement étudiées et codifiées. ». « Le Bugei devient Budo lorsque les préoccupations d’ordre éthique influencèrent de plus en plus les techniques. »
(7) Budo : « voie du combat » ou « voie du guerrier ». De Bu = martial eu Do = voie. Désigne l’ensemble des arts martiaux japonais pratiquées en tant que Voies (Do ou Michi) éthiques, chemins de perfectionnement de l’homme en quête de soi-même. »
(8) Kodansha : désigne les porteurs des grades supérieurs du 5ème au 10ème Dan9 dans la progression technique et mentale d’un pratiquant d’arts martiaux (Budo) selon une classification posée par le Butokukai10.
(9) Dan : Degré, niveau. Désigne les grades supérieurs dans la progression technique et mentale d’un pratiquant d’arts martiaux (Budo).
(10) Butokukai : L’association Dai Nippon Butokukai a été fondée en 1895 à Kyoto et fut chargée par les autorités d’organiser et de classifier les divers styles et écoles d’arts martiaux (Bu-jutsu2) qui s’étaient multipliés pendant la longue période des Tokugawa (1603-1868), dans le cadre légal et officiel.
Sources :
  • - Habersetzer Gabrielle & Roland, ''Encyclopédie des arts martiaux de l'Extrême-Orient'', Éd. Amphora, Paris, 2000
  • - Lombardo Patrick, ''Encyclopédie mondiale des arts martiaux'', Éd. E.M., Paris, 1997.

 

ILLUSTRATION

 

     

Exemple ci-dessous pour le Judo traditionnel [JT], Ju-jutsu traditionnel [JJT] et Ju-jutsu moderne [JJM].

Licences
Évènements
Formations
Contact