Jeet kune do (Jié quán daò)

Responsable de la division nationale "Jeet Kune Do" (RDN) : Stéphane DEMRI

 

                                

 

Définition

Le Jeet Kune Do « la Voie du Poing qui Intercepte » est un art martial créé aux États-Unis dans les années 60 par l'acteur de cinéma Bruce Lee (1). Une sorte de boxe, un mélange d'arts martiaux traditionnels et modernes popularisée dans les années 1970 à travers de nombreux films de la star sino-américaine. A sa mort, c’est Dan Inosanto (2), compagnon des premières heures et seul reconnu par Bruce Lee comme ayant les aptitudes pour perpétuer son art, qui est devenu le numéro un mondial dans son enseignement. En 1981, le Jeet Kune Do a été reconnu comme un art martial par l’Académie officielle de boxe chinoise, légitimant ainsi l’art de Bruce Lee et le plaçant sur le même plan que le Kung-fu (ou Boxe chinoise), le Taiji-quan (T'ai-ki-k'iuan ou Boxe du Faite Suprême) et autres styles historiques mondiaux.
Au décès de Bruce Lee, Dan Inosanto, compagnon des premières heures, est le seul reconnu par Bruce Lee comme ayant les aptitudes pour perpétuer son art, et ainsi devenu le numéro 1 mondial dans son enseignement. David Delannoy nommé "instructeur" sous Dan Inosanto est le représentant pour la France.  C'est de David Delannoy que Stéphane Demri tient de son enseignement.

 

                                                            

         Bruce LEE (années 1970)                       Dan Inosanto (années 1990)

 

(1) Lie Xiao-long (1940-1973) alias Bruce Lee dit le Petit dragon. Il pratique d'abord le Taiji-quan sous la direction de son père. Puis étudie le Wing-chun-kuen sous la direction de Yip Man et parallèlement la boxe anglaise. En 1958, il quitte Hong-Kong et s'installe aux Etats-Unis où il ouvre son premier club. En 1964, il effectue une démonstration à l'occasion due l'International Karate Championship organisé à Long Beach par Ed. Parker. Il enrichit son style personnel en y joignant des techniques de Kung-fu, Karaté, Kempo, boxe et d'autres disciplines. Il donne des cours à des acteurs tel que James Coburn et Steeve McQueen et cotie les grands champions américains de karaté du moment, en particulier Chuck Norris et Joe Lewis. Il donne ainsi le nom à sa méthode, le Jeet Kune Do en insistant sur la nécessité de capter et d'intercepter les techniques qui lui paraissent intéressantes, dans le but d'en faire bénéficier son propre système.
(2) Dan Inosanto (1936-...), déjà pratiquant de judo, Ju-jutsu et Karaté d'Okinawa, en 1960 il découvre les arts martiaux chinois. En 1964, il devient élève de Bruce Lee. Il pratique également les arts martiaux philippins sous la direction de nombreux experts de renom. Il est reconnu, depuis la fin du 2àème siècle comme l'un des grands experts d'Eskrima et depuis la disparation de Bruce Lee, survenu en 1973, fut reconnu comme la plus grande autorité du Jeet Kune Do.

 

Sources :
  • Habersetzer Gabrielle & Roland, ''Encyclopédie des arts martiaux de l'Extrême-Orient'', Éd. Amphora, Paris, 2000
  • Lombardo Patrick, ''Encyclopédie mondiale des arts martiaux'', Éd. E.M., Paris, 1997.

 

 

             

 

Esprit et objectifs de la discipline

Certains points étudiés par cette méthode semblent fondamentaux pour un mieux-être tant physique que moral :

- Une philosophie de l’existence

Il ne s'agit pas à proprement parler d'un style de combat, mais plutôt d’une philosophie, d'un concept, qui consiste à étudier plusieurs arts martiaux ou autres sports pour faire évoluer sa propre pratique. Cette approche pluridisciplinaire permet d’avoir une vision plus globale, non pas en niant les différences mais en les appréhendant comme une richesse supplémentaire. Il paraît important de souligner que cette méthode ouvre à la tolérance et au respect des différences et tend à faire son ami de son ennemi.

- L’originalité du Jeet-Kune-Do : l’évolution constante

Bruce Lee cultivait l'idée de « fluidité », à savoir, d'évolution constante. Ainsi, le pratiquant ne doit pas se tenir à son art, il doit le faire évoluer ; ce qui rend cet art martial ludique, modulable et révolutionnaire. Cette approche est donc en lien direct avec nos sociétés où il est nécessaire de s’adapter rapidement aux changements.

- Un développement physique et moral

Le Jeet Kune Do est issu des arts traditionnels. Le respect, la loyauté, la droiture, le courage, l’humilité, le sens de l’effort sont quelques-uns des principes qui font partie de cet héritage. Ces fondations morales sont les piliers qui permettent au pratiquant de Jeet Kune Do de se libérer du dogme pour avoir une pratique évolutive et adaptable à la situation proposée.
Par ailleurs, le Jeet Kune Do s’appuie sur l’efficacité pratique de arts martiaux, héritée d’une tradition ancienne et d’un savoir-faire affiné par plusieurs générations d’experts. Cette efficacité trouve son expression et sa justification dans le réel et doit pouvoir faire ses preuves en situation.

- Les pratiques de santé

Le Jeet Kune Do met aussi l’accent sur les arts martiaux dits internes qui sont conçus comme des moyens de mieux faire circuler l’énergie du corps, d’améliorer ou de conserver la santé.
Le pratiquant aborde alors un travail postural et respiratoire en adéquation afin d’avoir un meilleur schéma corporel.

- Une acquisition rapide des bases de l’autodéfense et du self contrôle 

Dans nos sociétés, nous sommes bien souvent confrontés à de nombreuses incivilités, violences et agressions. Celles-ci, même quand elles ne nous atteignent pas directement, entraînent le plus souvent un stress important.
Les arts martiaux et plus particulièrement le Jeet Kune Do proposent de nombreuses solutions à cela.
En effet, il permet d’apprendre à tout âge à se défendre au quotidien grâce à une acquisition rapide des automatismes de base de l’auto-défense. Ainsi, on ne cherche pas à apprendre une technique propre mais plutôt à mieux appréhender une situation, à contrôler sa réaction physique et psychologique par rapport à celle-ci et à mettre en place la réponse martiale, l’auto-défense la plus appropriée.

- La dimension éducative

Le Jeet Kune Do reprend les principes d’un certain nombre d’arts martiaux qui font du jeu d’opposition et de confrontation le prétexte d’un large projet pédagogique, permettant dans un premier temps une éducation physique, mentale, morale et sociale, et devenant dans un second temps le lieu privilégié d’une recherche constante, d’une prise de conscience progressive de soi-même et des autres.
Dans cette perspective éducative cette pratique s’inscrit dans l’ordre du symbolique : l’élève ne s’entraîne ni pour apprendre à se défendre, ni pour gagner en compétition, mais pratique pour la pratique elle-même, puisant dans cette expérience les moyens d’une progression physique et mentale profonde.
A l’heure actuelle, la discipline représente un millier de pratiquants sur la France.
Le Jeet Kune Do est une discipline ouverte à tous sans différence de sexes, d’âge ou de raison sociale.

 

 

Une séance de pratique

Chaque session dure une heure trente et aborde différents points pédagogiques :
  • - le développement de la condition physique,
  • - le renforcement mental,
  • - la transmission d’un patrimoine moral, culturel et philosophique autour des disciplines martiales,
  • - l’étude et la pratique du combat,
  • - l’apprentissage respiratoire, la relaxation et la compréhension de son corps.

Les niveaux de pratique pour le "Jeet kune do et Kali"

à venir

 

Les grades techniques de base, délivrés par l'enseignant du club, en "Jeet kune do et Kali"

. Fiches d'auto-évaluation du niveau de pratique :

  • - grilleautoeva-progres

 

. Grille de notation du niveau de maîtrise :

  • - grillepdg

 

. Fiche de report de notes du passage de grade :

  • - grillereport-de-notes

 

N.B. : Le dispositif d'obtention des grades de couleur en club est détaillé au menu "Diplômes de grades technique"

 

Les grades techniques supérieurs, délivrés à la F.S.C. par un jury fédéral, en "Jeet kune do et Kali"

« Le Jeet Kune Do est depuis son origine un art martial sans forme ni limites, et en constante évolution. Bruce Lee était opposé à l’idée de mettre en place une progression technique avec ceintures et grades, nous ne l’oublions pas.

Le schéma de progression proposé ci-dessous reflète notre volonté de permettre au Jeet Kune Do d’accéder à une reconnaissance officielle de sa pratique et son enseignement, par l’harmonisation de sa structure avec les autres arts martiaux déjà reconnus en France par le Ministère chargé des Sports. La « structure » proposée n’a pas d’autre dessein.» Stéphane Demri

Diplômes d'enseignant bénévole de club pour le "Jeet Kune Do et Kali" délivrés par un jury fédéral

Comme pour les autres disciplines affiliées à la FSC, il existe TROIS niveaux de diplôme d'enseignant de club :
  •  - [AAF] : Attestation d'Aide-animateur fédéral (ASSISTANT).
  • - 1er degré [DAF] : Diplôme d'ANIMATEUR fédéral (MONITEUR). Il permet de mettre en place et d’encadrer une séance de sports de combat et arts martiaux quel que soit le public.
  • 2e degré [DIF] : Diplôme d'INSTRUCTEUR fédéral. Il permet d’assurer la responsabilité technique et pédagogique d’un club de sports de combat et arts martiaux.
  • - 3e degré [DPF] : Diplôme de PROFESSEUR fédéral. Correspond à un enseignant expérimenté dans sa propre discipline et possédant des fortes connaissances dans les disciplines du même groupe permet des fonctions de cadre régional - aide à la formation des diplômes d’enseignant de club et siéger à des  jurys d'examen de diplômes d'enseignant.
N.B. : Le dispositif de formation d'enseignant de club est détaillé au menu "Diplômes d'enseignant de club"
Licences
Évènements
Formations
Contact