Ju-jutsu moderne & sportif

Responsable de la Division Nationale "Judo traditionnel & Ju-jitsu moderne et sportif" (RDN) : Vincent FERNANDEZ (5ème Dan FSC)

  • - Équipe technique : Abbas HAFAYED (5ème Dan FSC), Christophe BERTIN (5ème Dan FSC), David SOULIER (4ème Dan FSC)
  • - Référent national des grades : Hector CORRAL (8ème Dan FSC)

 

 

► JU-JUTSU MODERNE [OCCIDENTAL]

Se traduit par « art de la souplesse ». S’écrit également « Jiu-jitsu » et « Ju-jitsu ».

Pour le Ju-jutsu traditionnel - voir l'historique à la page : https://www.fscfrance.fr/ju-jutsu-traditionnel/

Au japon :

Les Ju-jutsu modernes remontant à l’époque Meiji (19ème siècle) propres à un changement de société et de mœurs (suppression des clans féodaux, ouverture à l’étranger, arrivée des sports modernes venus de l’Occident). Ex. : Goshin-jutsu, Hakko-ryu, Taiho-jutsu. A la fin du 19ème siècle, ces styles ancestraux de Ju-jitsu influencent de nombreux arts martiaux modernes. En 1895, à Kyoto, fut créé l’association de Butokukaï, chargée d’inventorier et classifier les différents styles et écoles d’arts martiaux avec le crédit du gouvernement japonais. En 1947, le gouvernement rend la pratique du Ju-jutsu obligatoire dans les unités de police et créé le Taiho-jutsu (Ju-jutsu officiel de l’armée).

Les Ju-jutsu apparurent hors du Japon à partir de 1950. Depuis cette date de nombreux types de Ju-jitsu font légion dans le Monde ; ainsi des styles ont émergé à partir des arts martiaux japonais qui ne sont pas des Ju-jitsu classiques c’est-à-dire « traditionnels ».

 

En Occident :

Au 19ème siècle et début du 20ème siècle, différents tournois dit "au finish" sont organisés par de nombreuses écoles japonaises. Côté « Ju-jutsu sportif », en 1993, le Brésilien, Rorion Gracie, organise un événement qui a fait date aux Etats-Unis d’Amérique du Nord, un tournoi réunissant des combattants de haut niveau issus de différentes disciplines, l’Ultimate Fighting Championship – UFC.  En 1994, est organisé le premier tournoi, l’Open Vale Tudo Championship, dont le règlement est proche de celui de l’UFC.

En France, de nombreuses écoles et styles d’origine japonaise sont présents ainsi que des styles modernes créés en Occident : « Hakko-ryu japonais », le « Ju-jitsu » de la Fédération Française de Judo, l’ « Atemi Ju-jutsu de Bernard Pariset », le « Ju-jutsu brésilien » (ou Gracie Ju-jutsu), etc.

 

Sources :
  • Habersetzer Gabrielle & Roland, ''Encyclopédie des arts martiaux de l'Extrême-Orient'', Éd. Amphora, Paris, 2000
  • Lombardo Patrick, ''Encyclopédie mondiale des arts martiaux'', Éd. E.M., Paris, 1997.

 

Les compétitions ou Ju-jutsu sportif

Il existe différents types de rencontre sportive :

- La prestation chorégraphique sur un praticable d'art martial (duo) : consiste à présenter une série d'attaque-défense préconçues.
- Le combat sportif. Il s'agit d'une opposition pouvant présenter deux formes principales :

  • 1/ une rencontre uniquement au sol utilisant les techniques martiales de préhension (techniques de saisies, contre-saisies, projections, luxations, strangulations et immobilisations). Ex.: le ju-jutsu brésilien.
  • 2/ une rencontre avec un démarrage en position debout, utilisant les techniques martiales de percussion (frappes en techniques de poings et de pieds) et les techniques de préhension (techniques citées ci-dessus). Ex.: le combat mixte.

 

 

Les grades techniques de base délivrés par l'enseignant du club

. Les grades dits "de base et de couleur" pour un pratiquant de moins de 15 ans

En France, il est d’usage dans les sports de combat depuis la fin des années 1980 d’utiliser les ceintures à section pour les jeunes de moins de 15 ans (blanche-jaune, orange-verte, verte-bleue). Ce dispositif permet de rajouter des grades intermédiaires pour des jeunes ayant une pratique précoce. Cette gradation a été mise en place par la WKA-France en 2002. Il existe aussi la ceinture bleue-marron à sections (à défaut, la ceinture violette), qui se situe entre la ceinture bleue et la ceinture marron. 

Exemple ci-dessous pour certains arts martiaux japonais :

 

. Les grades de base pour un pratiquant de 15 ans & plus

Cette progression fut instiguée dans les années 1930, notamment en Judo, par l'expert d'origine japonaise, Mikinosuke KAWAISHI, d'abord en Angleterre puis en France.

 

Exemple de fiches d'évaluation pour certains arts martiaux japonais :

 

 

 

N.B. : Le dispositif d'obtention des grades de couleur en club est détaillé au menu "Diplômes de grades techniques"

 

Les grades techniques supérieurs en arts martiaux et sports de combat délivrés en Occident par un jury fédéral

La progression des grades techniques supérieurs respecte celle de la plupart des fédérations internationales de sport de combat et d'arts martiaux.

Exemple ci-dessous pour certains arts martiaux japonais :

. Formules d'accès aux grades techniques supérieurs :

A. Filière des examens fédéraux – formules dites EXAMENS TECHNIQUES [ET] ci-dessous :
  1. Examen technique classique pour un moins de 35 ans [ETC]
  2. Examen technique adapté pour un vétéran de 35 ans et plus [ETA]
  3. Examen technique spécial pour un cadre fédéral, athlète émérite et entraîneur émérite [ETS]
  4. Examen technique en sport adapté (handisport) [ETH]
  5. Examen technique réduit pour un compétiteur disposant de 50% de points de compétition (nombre de rencontres, nombre de victoires et titres sportifs) [ETR] - Voir les formulaires fédéraux "demande d’accession de la C.N. résultats de compétition » par les titres sportifs" ou "demande d’accession à la C.N. par les titres sportifs de haut niveau"
 B. Filière de la validation des acquis de l’expérience [VAE] – formules EXPÉRIENCE et RÉSULTATS DE COMPÉTITION ci-dessous :
  1. Reconnaissance des expériences techniques pour un vétéran de 35 ans et plus [RET] - Voir le formulaire fédéral "demande « demande d’équivalence, mise à jour et V.A.E. avec diplôme"
  2. Accession par les résultats de compétition pour la CN1° à CN5° (addition des points de combat : nombre de rencontres, victoires, titres et podiums) [ARC] - Voir le formulaire fédéral "demande d’accession à la C.N. par les résultats de compétition"
  3. Accession par les titres sportifs en junior/senior de la série « élite » pour la CN1° à CN5° [ATS] - Voir le formulaire fédéral "demande d’accession à la C.N. par les titres sportifs de haut niveau"
  4. Accession à titre exceptionnel [ATE] - Voir le formulaire fédéral "demande d’accession à la C.N. à titre exceptionnel"
C. Filière de l’équivalence d’un diplôme fédéral [EDF] & mise à jour d’un diplôme fédéral [MDF] - Voir le formulaire fédéral " demande « demande d’équivalence, mise à jour et V.A.E. avec diplôme"
N.B. : Le dispositif d'obtention de la ceinture noire est détaillé au menu "Diplômes de grades techniques"

. Programme des examens techniques des grades supérieurs délivrés par un jury fédéral

Voir la page : https://www.fscfrance.fr/sujets-des-examens-techniques/ pour chaque discipline indiquée ci-dessus

 

Diplômes d'enseignant bénévole de club délivrés à la F.S.C. par un jury fédéral, pour une spécialité martiale ou sportive précise

Comme pour les autres disciplines affiliées à la FSC, il existe TROIS niveaux de diplôme d'enseignant de club :
  •  - [AAF] : Attestation d'Aide-animateur fédéral (ASSISTANT fédéral).
  • - 1er degré [DAF] : Diplôme d'ANIMATEUR fédéral (MONITEUR fédéral). Il permet de mettre en place et d’encadrer une séance de sports de combat et arts martiaux quel que soit le public.
  • 2e degré [DIF] : Diplôme d'INSTRUCTEUR fédéral. Il permet d’assurer la responsabilité technique et pédagogique d’un club de sports de combat et arts martiaux.
  • - 3e degré [DPF] : Diplôme de PROFESSEUR fédéral. Correspond à un enseignant expérimenté dans sa propre discipline et possédant des fortes connaissances dans les disciplines du même groupe permet des fonctions de cadre régional - aide à la formation des diplômes d’enseignant de club et siéger à des  jury d'examen de diplômes d'enseignant.
N.B. : Le dispositif de formation d'enseignant de club est détaillé au menu "Diplômes d'enseignant de club"
Licences
Évènements
Formations
Contact